FAQ

/FAQ
FAQ 2018-12-18T07:14:53+01:00

Les appareils à granulé sont-ils facile d’utilisation ?

Grâce à des systèmes automatiques et connectés, l’autonomie des poêles peut aller jusqu’à 3 jours et celle des chaudières jusqu’à 1 an.

La preuve en chiffres :

Le sondage Viavoice réalisé en 2018 auprès de 500 utilisateurs a montré que la facilité était un des critères majeurs de leur choix

  • 54% déclarent avoir choisi le chauffage granulé pour sa simplicité d’utilisation.
  • Par rapport à une autre combustible bois, 56% déclarent que c’est plus pratique et plus simple à utiliser et 48% déclarent que c’est moins contraignant (plus légers, plus faciles à stocker, plus propres).

Quel espace de stockage faut-il prévoir ?

L’espace de stockage occupe une faible surface au sol. L’espace minimum nécessaire est d’environ 1m2.

Il existe différentes solutions selon les besoins et les contraintes (éloignement de la chaudière, stockage intérieur ou extérieur, capacité de stockage nécessaire…)

-le stockage clé en mains : rapide et facile à installer
-un local maçonné ou charpenté sur mesure
-un silo enterré (plus rare)

Le granulé peut être stocké jusqu’à 20m de la chaudière.

Quel est le retour sur investissement d’une chaudière à granulé ?

Le prix d’une chaudière au granulé peut-être un investissement plus lourd qu’une chaudière classique. Mais les aides et notamment le CITE (30% : voir page aides) permettent d’alléger la facture.

La durée de vie d’une chaudière au granulé est d’environ 20 ans.

Le prix de l’énergie du granulé reste stable à la différence des autres énergies (comme le montre l’indice des prix).

Il est tout à fait pertinent d’étudier le retour sur investissement qui se révèle souvent intéressant pour une chaudière à granulé.

Le granulé est-il une énergie locale et renouvelable ?

La consommation française de granulé est inférieure à la production, ce qui offre à la France un modèle d’autosuffisance.

La forêt française est peu exploitée

En France, la production biologique est beaucoup plus importante que la collecte par l’homme.

L’accroissement naturel de la forêt est de 10 % par an en volume et il n’est prélevé pour tous les usages (bois d’oeuvre, bois d’industrie, bois d’énergie) que la moitié de cette progression.

Dans certains cas, les peuplements vieillissent et se fragilisent alors qu’il leur faudrait une sylviculture plus dynamique pour capter plus de carbone et les adapter au changement climatique.

Gestion durable de la forêt

En France métropolitaine, les forêts couvrent plus de 15 millions d’hectares soit près du 1/3 du territoire national. Leur surface a doublé depuis 1850 et croît de 5 % par an environ. En plus des 2 certifications PEFC et FSC, la plus grande partie de la forêt française est gérée d’une manière durable.

La consommation d’énergie globale en baisse

De plus, la consommation globale d’énergie sera moins importante grâce à l’amélioration de la performance énergétique.

Une indépendance énergétique précieuse

Consommer une énergie locale est une manière de participer à l’indépendance énergétique qui est particulièrement précieuse dans un contexte géopolitique particulièrement agitée.

Trouver un distributeur près de chez vous, c’est facile !

On trouve du granulé partout en France. La couverture du réseau par les distributeurs de granulé est très dense sur le territoire.

N’hésitez pas à aller sur la carte pour trouver un distributeur.

Cliquez sur la carte ICI

Les poêles à granulé sont-ils silencieux ?

Les appareils à granulé de nouvelle génération ont fait de gros progrès technologiques et sont très silencieux.

Conseil : demandez à entendre l’appareil avant l’achat !

se-chauffer-au-granulé conseil fumisterie granulé

Le prix du granulé est-il compétitif ?

Le prix du granulé a des raisons de rester compétitif :

Le prix des autres énergies augmente plus vite que le prix du granulé.

Comme le montre l’indice de prix. Les courbes parlent d’elles-mêmes. Depuis 2008, les prix des différentes énergies sont irréguliers et augmentent de manière continue. En comparaison, le prix du granulé de bois reste plus stable et plus bas que les autres énergies.

La matière première locale est protégée des fluctuations mondiales

Si la courbe du prix du granulé de bois (pellet) sait rester plus basse et plus stable que celle des autres énergies, c’est avant tout parce que la matière première est locale, ce qui la protège des secousses du marché mondial des énergies fossiles. Les fluctuations du prix de pétrole n’ont pas ou peu d’impact sur le prix de l’énergie bois. Plus de 90 % des producteurs de granulé de bois s’approvisionnent à moins de 150 km. Le marché du granulé français a la chance d’être autosuffisant puisque la production est supérieure à la consommation. Si les producteurs peuvent certaines années avoir recours à l’import, c’est notamment en cas de grand froid mais cela reste marginal.

Le granulé de bois reste à l’écart d’un marché des énergies agité

Entre l’augmentation de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques et l’envolée du cours du baril, le fioul est reparti à la hausse. Quant au gaz, il a été directement impacté par la hausse du prix du pétrole et la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) a décidé d’augmenter les tarifs du gaz à cause de la hausse des prix du gaz sur les marchés de gros et l’augmentation du coût des infrastructures. L’électricité est confrontée à une autre problématique, celle du coût de l’entretien du parc nucléaire, ce qui se répercutera par des hausses de taxes sur le prix du kWh.

Une taxe carbone qui impacte enfin les énergies fossiles !

La prise en compte des politiques pour diminuer les gaz à effet de serre ont pour résultat d’augmenter la taxe carbone ce qui alourdit lourdement la facture. Cette taxe carbone (ou plus précisément la Contribution Climat Energie) a pour but de décourager le consommateur de faire le choix d’une énergie « polluante ». Elle incite de plus en plus les consommateurs à choisir une énergie renouvelable comme le granulé de bois.

Le bilan carbone pour le granulé de bois est -il neutre ?

Le bilan carbone du granulé de bois est très faible car il est fabriqué à partir de résidus de scierie. Le CO2 rejeté lors de la combustion est absorbé et stocké lors de la croissance des arbres poussant à la place. On parle donc de cycle fermé.

Le granulé est-il une solution pour une meilleure qualité de l’air ?

Le chauffage au granulé se démarque du bois et offre une excellente qualité de combustion grâce à un combustible high-tech, et à la haute performance des appareils.

En effet, le granulé est un combustible homogène et sec. La combustion automatisée permet d’amener exactement le volume de combustible et d’oxygène nécessaire qui est optimum et donc très propre.

Dans un appareil au bois, la combustion optimisée est plus difficile à atteindre car l’amenée du combustible est manuelle. Bien que les appareils à bûches soient déjà très performants et que les bûches disposent aujourd’hui de labels de qualité efficaces, la bûche ne peut pas concurrencer le granulé sur l’aspect humidité et homogénéité du combustible.

Les émissions particulaires sont incomparables entre des anciens appareils bois et un appareil au granulé, comme le montre ce visuel. Les émissions de particules vont d’un facteur 1 pour une chaudière à granulé à 100 pour un appareil ancien voir 400 pour un foyer ouvert.

La certification garantit-elle la qualité du granulé ?

L’utilisation d’un granulé certifié assure une garantie de qualité et de performance.

Pourquoi utiliser du granulé certifié ?

Il est important de faire le choix de granulé d’une qualité certifiée qui vous apporte une garantie sur sa qualité. C’est la raison pour laquelle la plupart des notices d’utilisation de chaudières ou de poêles exigent l’usage de granulés certifiés. Soulignons qu’en cas de litige sur une installation, la garantie du constructeur peut ne pas fonctionner si le granulé utilisé n’est pas certifié.

Aujourd’hui, il est très simple de trouver du granulé puisque 97% de la production française est certifiée.

Attention à ne pas confondre la norme et la certification

Une norme est un document de référence précisant les bonnes caractéristiques du granulé ; chaque professionnel à la responsabilité de l’appliquer. Elle n’a pas de caractère obligatoire.

La certification est une démarche volontaire du professionnel qui désire démontrer par un système de contrôles indépendants que son granulé est au moins conforme à la norme.

= les certifications NF granulés biocombustibles, DINplus et ENplus garantissent le respect des critères de la norme EN ISO 17225-2 par un système d’audits et de contrôles internes et externes.

Trois certifications en France

Il existe trois certifications sur le marché français : DINplus, ENplus, NF

NF Biocombustibles solides – granulés biocombustibles, est une certification Française.

DINplus est une certification allemande.

ENplus est une certification européenne gérée par l’European Pellet Council.

Les 3 certifications reprennent à minima les caractéristiques physiques de la norme ISO 17725-2 et en particulier :  le diamètre, la longueur, l’origine de la matière première, le pouvoir calorifique inférieur ou PCI, l’humidité, le taux de fines : pourcentage (en masse) de particules fines contenues dans le granulé, le taux de cendres, la résistance mécanique, la masse volumique (apparente), les teneurs en soufre, chlore et azote.